dimanche 1 juin 2014

Maurice Blanchot : L'Espace littéraire (1955)

<< L'oeuvre n'est pas l'unité amortie d'un repos. Elle est l'intimité et la violence de mouvements contraires qui ne se concilient jamais et qui ne s'apaisent pas, tant du moins que l'oeuvre est oeuvre. Cette intimité où s'affronte la contrariété d'antagonismes qui, inconciliables, n'ont cependant de plénitude que dans la contestation qui les oppose, une telle intimité déchirée est l'oeuvre, si elle est "épanouissement" de ce qui pourtant se cache et demeure fermé : lumière qui brille sur l'obscur, qui est brillante de cette obscurité devenue apparente, qui enlève, ravit l'obscur dans la clarté première de l'épanouissement, mais qui disparaît aussi dans l' absolument obscur, cela dont l'essence est de se refermer sur ce qui voudrait le révéler, de l'attirer en soi et de l'engloutir. >>


Une des deux formes de la "mort distraite" dans MADE IN USA (1966) :

- Si tu devais mourir, tu préfères qu'on te prévienne ou que la mort arrive tout à coup ?
- Tout à coup !




DANS LE NOIR DU TEMPS (2001)

https://www.youtube.com/watch?v=cQhi4Xul_58




Aucun commentaire:

Publier un commentaire